C2SU

Corporation des Carabins de Sorbonne Université

Témoignage de Marina.M

– Primant ou doublant ? Places ?
– Filière ?
DOUBLANTE !!! 715 (en medecine)/ 505 (en pharma, j’ai démissionné pour redoubler) en primante donc 11/20 de moyenne générale et 261 (filiere medecine)/ 188 (en pharma) en doublante donc 13,5/20
Filière Medeciiine <3

– Type de BAC ? Mention ? Aisance en cours pendant le lycée ?
Bac S Mention Assez Bien. ( lis ce looooong paragraphe jusqu’au bout si toi aussi tu as galéré au lycée et qu’on t’as souvent dit que médecine c’est pas fait pour toi sinon tu peux zapper) 🙂
Déprime totale pendant le lycée (j’avoue avoir eu des pensées suicidaires pas mal de fois mais sans jamais réellement avoir l’envie de passer à l’acte). Moi, dans les premières de la classe depuis toujours avec les félicitations sur tous mes bulletins et vue comme « une intello » par certains de mes camarades au collège, je suis devenue invisible dès l’entrée au lycée et étiquetée par mes profs comme une élève moyenne voir pour certains, en difficulté. J’étais nulle en maths et en physique (les intégrales et moi ça fait deux, je prends mes jambes à mon cou dès que j’en repère une). Incapable (voire tétanisée) le soir après les cours de faire les exos que les profs nous donnaient à faire à la maison (d’où le nombre incalculable de fois où j’ai pas dépassée les 10/20 aux contrôles en maths et en physique ). Aussi, j’ai jamais compris les rédactions en SVT (les documents à résumer ) ainsi que le programme d’SVT qui te dit prend pour un con en te disant que la cellule c’est un petit cercle dans un grand cercle (j’ai plus appris pendant la pré-rentrée qu’en 2 ans d’SVT), que ce sont les abeilles qui participent à la pollinisation (alors que tu le sais déjà depuis la primaire grâce à Maya l’abeille ou Bee Movie) et mon sentiment d’avoir eu 5 ans au lieu de 18 avec la tulipe que j’ai dessinée et coloriée au bac. Non mais sérieux, c’est ça la filière scientifique ??? Bref .. Ma prof de maths en Première m’avait même suggérer de redoubler mais après avoir peser le pour et le contre, changer d’avis tous les jours et pleuré souvent, j’ai fini par refusé. (Pourquoi passer un an de plus au lycée alors que le seul truc qui me faisais tenir le coup, c’était d’être en fac de médecine ?(vive les qcms!)). J’ai eu un RDV avec la CPE en Première S (elle me connaissait qu’à travers mes bulletins je suppose). Elle m’avait demandé ce que je voulais faire après le bac. En lui répondant « médecine » et elle m’a rétorqué que je n’allais pas réussir vu mes notes dans les matières scientifiques car seuls les (très) bons élèves au lycée peuvent réussir selon elle. D’où son idée (de merde soyons honnêtes) de me proposer d’aller en ES ou au moins de faire du Paramédical. Pas besoin d’un dessin pour comprendre que je la hais d’avoir été aussi méprisante envers moi et de mettre des élèves dans deux catégories bien distinctes ( bons élèves au lycée= réussite professionnelle assurée / élèves médiocres = Vie de merde pour toujours). Il y a eu aussi une feuille à remplir en Terminale, pour le second semestre, où les profs en conseil de classe donnaient un avis favorable ou défavorable pour nos choix APB (=Parcours SUP). Comme je m’y attendais, avis défavorable pour moi en médecine alors que mon voisin (qui voulait aller en médecine lui aussi) a pu avoir avis favorable grâce à ses bonnes notes partout. Comment ne pas bouillonner de rage à ce moment là alors que je me suis jamais sentie plus bête que lui. Pour le bac, j’ai du me débrouillée toute seule en Histoire (vive les livres et youtube pour les croquis youpi !) vu que ma prof avait fait à peine la moitié du programme et finalement en recrachant le cours du livre j’ai eu 17/20 (alors que je planais autour de la moyenne pendant l’année) comme quoi il faut croire en soi 🙂 Pour la pré-rentrée, j’étais à Médisup. Ça à été deux semaines de cours très intenses mais au moins je savais que j’avais ma place ici à la fac et que j’étais enfin là où j’avais toujours rêvé être. Et que je pouvais continuer à croire que j’avais ma place en P2 (médecine) et faire partie un jour du tutorat, de prendre le relais de ces tuteurs dont j’admirais ( même enviais) tant leurs t-shirts, leur complicité et leur bonne humeur le samedi matin en bas des amphis.
Ce jour est enfin arrivé et j’ai jamais été aussi fière de moi et de ma capacité de travail (et d’organisation).
Voilà ! Merci à toi si tu as lu jusqu’ici <3 Je te souhaite de réussir ton année de PACES. Courage <3 "Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils réaliseront sûrement" Martin Luther King

– Type de logement pendant la (les) année(s) de P1 ? (familial, personnel, colocation…)
Chez mes parents. La Paces, une excuse valable pour ne pas faire la vaisselle ni aucune autre corvée ménagère 😉

– Méthode de travail ? Temps de travail ?
J’ai plutôt une mémoire visuelle donc je relis le chapitre plusieurs fois ( au bout de 7 lectures en 2/3mois j’ai appris 90 % du chapitre, les 10 % restant c’est le blabla inutile). Au bout de 3 lectures, je commençais à faire des qcms. Et pour l’anat, je redessinais les schémas au brouillon pour mieux les mémoriser et je regardais les os sur une appli. Et j’inventais des histoires (moyens mémo techniques) pour certains trucs comme les molécules en UECS2 et les inhibiteurs de médocs en UE6.
C’est plus ou moins la méthode des J que je suivais: je lis rapidement le chapitre 2/3 fois pendant la première semaine, des qcms le week-end pour voir ce que j’ai acquis, puis une lecture toutes les deux semaines avec des qcms entre chaque lecture (parfois). Et enfin 2 dernières lectures pendant les révisions. Et ensuite que des QCMS en notant mes erreurs dans un petit classeur ou sur feuille blanche ( peu importe le support il faut juste ÉCRIRE SES ERREURS et les relire le plus souvent possible pour ne plus se tromper les fois suivantes).
Je bossais tous les jours de 8H30 à 22H 30 en moyenne du lundi au vendredi. Le samedi matin j’allais de temps en temps aux CB du tuto. Et GRASSE MAT le dimanche jusqu’à 9h30 environ (10h30 max en cas de grande fatigue). 1H30 max pour le déjeuner et 1h max pour le dîner.
Je bossais 1h=1 chapitre avec des pauses entre 5 et 30min (ptite sieste ou goûter) selon mes besoins dans la journée. Et 3/4 matières différentes dans la journée, du par coeur le matin/le soir et réflexion l’aprèm.

– Avance pendant les grandes vacances ?
J’ai feuilleté un bouquin d’anatomie avec des schémas simples pendant la terminale/ les vacances d’été et j’ai appris quelques trucs, histoire de me mettre dans l’ambiance médecine. (les os de la main par exemple)

– Avec ou sans prépa ?
Avec Médisup mais il a fallu mettre la main au porte-monnaie 🙁

– Supports de travail ?
Les fiches Médisup principalement, vu que j’ai payé pour. (avec collection de classeurs pour tous ranger!!) Par contre, je conseille vivement d’acheter les annales du tuto, c’est bien plus adapté en période de révisions de refaire les sujets par années que par chapitres. Médisup met à la fin de chaque chapitre les qcms des annales qui correspondent au chapitre en question. C’est très pratique pour voir les qcms redondants pendant le semestre et de voir si on les maîtrises bien au cas où elles retombent au prochain concours mais pas pour la dernière ligne droite.

– Mode de travail ?
J’étais hyper organisée : un planner (pour écrire tous les cours et les ED donnés à la fac avec les chapitres correspondants parce que dans le livret de la fac les matières et les chapitres avec les dates des cours sont séparées et pour vérifier que je prenais pas trop de retard), une liste de tous les chapitres sous forme de tableaux (je mettais une croix dès que je lisais un chapitre pour savoir où j’en étais et pour m’aider à faire la to-do-list), des minis post-it sur chaque fiches de médisup pour écrire mes dates de lectures, ça m’aidais précisément à savoir quand est-ce que j’avais lu le chapitre pour la dernière fois), une to-do-list (pour écrire ce que je voulais bosser pour la semaine suivante) , un planning (feuille bristol A4 que je remplissait au crayon à papier chaque dimanche soir grâce à la to-do-list faite juste avant), une liste des items (une sorte de grille de qcm que j’ai fais moi-même pour mes entraînements aux qcms). Bon rassurez- vous si l’organisation c’est pas votre truc, allez lire d’autres témoignages:). Ya pleins de façons différentes pour s’organiser. Je n’ai pas LA recette miracle pour réussir, il faut faire les choses à sa façon pour que ça fonctionne sur le long terme. 😉 Même si j’avoue que j’aurais aimé tombé sur un paragraphe de ce genre là avant mes paces, ça m’aurais fait gagner du temps..

– Sorties extra-P1 ? Vie familiale et amicale ? Vie sportive ?
Aller à la fac pour les ED, les CB blancs et la prépa étaient pour moi des « sorties » vu que c’est là-bas où je voyais le plus de monde et où je pouvais enfin rencontrer des gens qui étaient dans le même paquebot que moi (et oui !! ou un bateau de croisière si vous préférez vu comment on s’isole de la société et combien on se rends compte qu’on est pas tout(e) seul(e) quand arrive le jour J). Bon à la rigueur, j’ai du faire les boutiques deux ou trois aprèms en paces. Sinon en doublante, j’allais chez une copine une fois par semaine pour qu’on se soutienne mutuellement moralement, pour bosser ensemble et poser des questions à l’autre sur des points de cours difficiles. Vie sportive ? Désolée je connais pas ..

– Cours en amphi, en vidéo ou pas de cours ? Participation aux ED ?
J’ai tenu trois jours en amphi… ma toute première semaine de fac et pourtant l’amphi D (celle où le prof est là en chair et en os) était presque vide. J’ai fini par trouver ma routine, je regardais les cours en vidéos le week end. C’était mes weekends « cinéma » vu que j’étais trop claquée après les CB du tuto pour faire autre chose que regarder les vidéos des cours. En doublante je n’ai pas regardé les cours, je bossais sur mes fiches surlignées avec soin l’année précédente. LES STABILOS C’EST LA VIIIE 😀 (faites en collection!!)
J’allais aux ED des matières à réflexion et aux séances Médisup en primante où les profs sont bcp plus rapides. Je regrette d’être aller au ED de chimie et de biophysique (1er semestre) en primante parce que j’avais pas eu le temps de bosser ces matière (grosse erreur mais j’avais pas eu le temps) donc j’arrivais en touriste en ED et à Médisup (quelle perte de temps !) et je comprenais rien. JE DÉCONSEILLE VIVEMENT les ED d’Histo et d’embryo qui ne sont même pas sous forme de qcms et de toute façon en primant on commence vers novembre à prendre du retard donc autant rester chez soi/ à la BU à bosser ses cours et se faire soi même un entraînement. Et avec les séances de prépa, il est inutile d’aller en ED de biochimie. Mais faites comme vous le sentez et allez-y selon vos besoins.

– Matières fétiches VS matières cauchemardesques ?
Matieres fétiches : biochimie,UE6, UECS2, physio ( du par coeur comme j’aime) <3 Matières cauchemardesques : physique, biophysique, biostats ( à cause de mes années lycée) mais en doublante j’ai pu avoir le recul pour comprendre des trucs qui me paraissait obscur en primante donc ça allait mieux. J’avoue que j’ai du m’obligée à consacrer quelques journées entières à ces matières là dans le semestre parce que je me débrouillais toujours pour que ce soit ces matières là qui sautent quand j’avais pas le temps de faire tout mon programme de la journée.

– Gestion du sommeil ?
Je me levais vers 8h30 sans réveil et je me mettais au travail directement avec une tasse de thé/café et je restais souvent en pyjama jusqu’au déjeuner ( l’avantage de rester chez soi). Vers 9h30, petite pause pour manger mon petit dej. Je terminais ma journée de travail vers 23h environ sauf si j’étais très fatiguée, vers 22h. Et dodo entre 22h30 et 23h30 max.

– Gestion du stress ?
J’ai eu la boule au ventre presque tous les matins en deux ans de Paces. Cette angoisse au réveil qui grandissait au fur et à mesure quand je restais trop longtemps éveillée en boule dans mon lit (j’étais souvent réveillée vers 8h mais je me levais rarement avant 8h30) tiraillée entre l’idée de me rendormir pour oublier (un peu) que le concours dépendait de l’avancée de mon apprentissage (et de celle des autres) et l’idée qu’il fallait trouver le courage (beaucoup) de me lever pour commencer une journée que certains avaient (selon moi) déjà entamé depuis 1h/ 1h30 pendant que je dormais . Avec le temps, je m’y suis plus ou moins habituée, d’autant plus que l’angoisse s’estompait dès ma première heure de travail.

– Conseils ?
NE PAS S’ISOLER !!! Même si c’est un concours, on a tous, à des degrés divers, besoin d’extérioriser tout le travail qu’on fournit pour la filière de notre choix. Ne pas avoir peur de parler à quelqu’un de la fac ( je parle surtout entre p1 mais aussi aux tuteurs) quand ça va pas moralement ou même juste pour sympathiser. Les personnes n’ayant pas vécu la paces ne sont pas toujours adaptés à vos confidences « on ne comprends la P1 que quand on la vit » (citation que je viens d’inventer).
NE PAS CULPABILISER !!! de faire des pauses régulièrement, d’aller voir des amis (hors paces) quelques fois dans le semestre, de regarder des films ou lire des livres ( jeux videos?) même juste une fois par mois ça fait du bien. On est pas des ROBOTS !! Il faut se dire que personne ne travaille 24h/ 24h c’est impossible. Faire des PAUSES de façon RAISONNABLE n’empêche pas de réussir le concours c’est même conseillé. Le but n’est pas d’être le major, de toute façon il y a qu’une seule place 😉 ou encore moins dans les 20 premiers si vous ne vous considérer pas comme un descendant d’Einstein mais au moins de viser un classement qui vous permet d’être certain(e) d’être admis(e) dans la filière de votre choix !! De même, je conseille de faire une pause d’une journée entière par mois (c’était mes jours fériés rien qu’à moi car j‘allais à Medisup parfois le dimanche et les jours fériés) pour faire ce que vous voulez SAUF bosser la paces surtout si comme moi, vous ne faites pas de sport et que vous bosser la paces 7 jours sur 7.

ET pour finir…. CADEAU !!! Pour toi qui m’a lue jusqu’au bout je te mets ici des citations que j’ai sur mon cadre photo et que je lisais parfois avant de m’endormir :
« Tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais »
« La chance, j’y crois et je me rends compte que plus je travaille dur, plus j’en ai »
« Il n’y a pas de secrets de réussite sinon le résultat du travail acharné, une bonne préparation et l’apprentissage de l’échec » ( les qcms.. très important!)
« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » (pour celle-ci pensez à la physique ou la chimie 😉 )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *